LEO LIONNI

Leo Lionni est un artiste intarissable qui toute sa vie chercha sa vocation. Tour à tour, professeur, éditeur, auteur, peintre, illustrateur, sculpteur, architecte… Leo Lionni trouvera sa plénitude dans le domaine de la littérature pour enfants à l’âge de 50 ans.

Leo Lionni est né en 1910 dans la banlieue d’Amsterdam, à Watergraafsmeer. Il est le fils unique de Louis Lionni, tailleur de diamant, issu d’une famille juive sépharade et d’Elisabeth Grussouw Lionni, chanteuse d’opéra.

Dans la famille Lionni., l’art est un événement majeur. L’oncle Willem collectionne les tableaux des peintres de son temps et l’oncle Piet est architecte. L’appartement des Lionni regorge de superbes peintures. Le petit Leo joue avec les outils d’architecte de Piet. Il est également fasciné par un tableau de Marc Chagall suspendu dans le couloir. « Il s’agissait d’une toile joyeuse, avec des couleurs chatoyantes qui semblaient flotter comme des rubans dans un vent glacé… C’était un monde complètement différent où tout pouvait arriver, où tout était inattendu ; un monde tonitruant à portée de main. Peut-être était-ce le lieu secret où les histoires que j’ai écrites, peintes ou imaginées prenaient vie » témoignera l’artiste.

Leo Lionni a démarré sa carrière artistique à neuf ans lorsque son oncle Piet lui offrit des leçons de dessin. A cette époque, le parti socialiste influence beaucoup le système éducatif avec une armada d’idées progressistes. L’art, la nature, les activités manuelles sont au goût du jour. Le jeune Lionni se rend au Rijksmuseum pour dessiner d’après de véritables chef-d’oeuvres. « Rembrandt, Van Gogh, Mondrian, design, architecture, même la musique, était une seule et même aura pour moi » explique l’artiste. Pour lui, il n’y a pas de hiérarchie dans l’art. L’ancien est aussi important que le moderne.

Pour ses 12 ans, Leo Lionni déménage chez ses grands-parents à Bruxelles. Son père et sa mère émigrent aux Etats-Unis pour tenter leur chance. Leo Lionni garde de cette époque un souvenir délicieux : « J’adorais aller chez grand-mère. C’était lumineux, spacieux et joyeux. Je pouvais courir partout dans le salon, grimper sur n’importe quoi et crier à tue-tête sans jamais être grondé ». Il débute une collection de cartes postales représentant les tableaux les plus célèbres du Louvre, se passionne pour la nature, devient bilingue en français.

Deux après cette période bruxelloise studieuse, il rejoint ses parents à Philadelphie aux Etats-Unis, perfectionne son anglais et déménage une nouvelle fois pour l’Italie.

Leo Lionni globe-trotter parle déjà cinq langues et recueille des souvenirs joyeux de ses voyages incessants. Il est enrôlé dans des études supérieures de commerce à Gênes puis à Zurich. L’objectif est de devenir homme d’affaires, mais l’idée ne lui plaît guère. Lionni sait déjà qu’il veut être graphiste.

Son père l’invite alors à prendre une année de recul pour faire le bon choix. Ce dernier est conscient de l’amour de son fils pour les arts et il l’incite à peindre, lire et prendre du temps avec ses amis. La vague du Futurisme l’enthousiasme, il la suit avec beaucoup d’intérêt. Il peint alors des toiles abstraites et turbulentes. Un membre du mouvement futuriste le soutient ardemment et l’aide à exposer ses premières toiles dans toute l’Italie.

En 1932, Lionni se marrie avec Nora Maffi. Afin de faire bonne figure devant son beau-père, il accepte un poste au sein d’une compagnie pétrolière. Dans le même temps, il reçoit une invitation pour exposer quelques unes de ses toiles à Savone.

La naissance de son premier fils le décide à changer de voie. Il quitte le domaine du pétrole et se met en quête d’un métier qu’il aime. Il s’installe à Milan. De temps à autre il collabore dans une revue spécialisée dans l’architecture, il dessine quelques maisons, photographie des propriétés, réalise des publicités, écrit des critiques.

En 1936 il ouvre un petit studio de design où il travaillera pendant deux ans. Les nazis prennent le contrôle de l’Allemagne en 1938. Hitler impose ses lois restrictives pour plusieurs groupes ethniques. La montée du fascisme l’inquiète, ses origines juives le décident à quitter l’Europe pour les Etats-Unis. Son épouse et ses deux enfants resteront quelque temps loin de lui en Suisse faute de visa. Il sera naturalisé citoyen américain en 1945.

Leo Lionni s’installe à New-York. Après de vaines recherches de travail, il rencontre le directeur artistique de l’une des plus grosses agences de pub des Etats-Unis : N. W. Ayer. On lui offre un job d’assistant de directeur artistique à Philadelphie. Sa carrière s’envole lorsqu’il participe à une campagne de pub pour un magazine féminin. Lionni dessine plus d’une centaine de dessins afin de personnifier le slogan: « Ne sous-estimez jamais le pouvoir d’une femme ! ». Ses illustrations sont publiées dans les plus grands magazines du pays. La campagne pour les voitures Ford fera son sacre. Il travaillera comme directeur artistique pour Ayer une dizaine d’années sans jamais cesser de peindre des tableaux. Toujours autant fasciné par l’art moderne, il commissionne Warhol novice, DeKooning, Calder et bien d’autres pour réaliser des affiches et des publicités.

Quand sa famille le rejoint en Amérique, Leo Lionni décide de créer son studio de graphisme à New York. Il devient l’un des directeurs artistiques les plus en vue du monde du design. Il offre ses talents artistiques repenser différentes publications prestigieuses : Fortune, Time, Life.

Pour ses 50 ans, Lionni bouleverse une fois de plus sa vie. Il décide de quitter les Etats-Unis et tous ses succès pour retourner en Italie. Avant le grand départ pour l’Europe, il prend conscience de sa nouvelle vocation lors d’un voyage en train avec son petit-fils. Afin de divertir l’enfant, il déchire quelques pages colorées du magazine Life et crée une histoire. En 1959, l’histoire est publiée sous le titre Petit Bleu et Petit Jaune et connaît un succès stupéfiant auprès de son petit-fils et du grand public.

Pour l’artiste, la création d’ouvrages pour enfants est la synthèse exacte de tous ses talents, croyances, obsessions, sens de l’humour… Il produira plus de 30 livres pour enfants avant de mourir à l’âge de 89 ans en Italie.

Leo Lionni fut un artiste accompli, dont l’œuvre majeure est emprunte d’une humanité passionnée.

Sources: Greenville Public Library; The American Institute of Graphic Arts.

A lire:

Coup de coeur - 0-3 ans - Petit Bleu et Petit Jaune