ATELIERS-CONTES

LES ATELIERS

Les ateliers sont dirigés par une plasticienne Teryl Euvremer et une bibliothécaire participe à toutes les séances. Au nombre de cinq, les quatre premiers ateliers sont consacrés à l’apprentissage de la technique, la création des paysages, personnages et objets des décors, la découverte de la technique choisie pour la performance, le choix des contes qui composeront le spectacle et les répétitions nombreuses tout au long des ateliers.

Préparation des ateliers.

Plus de trois mois avant le 1er atelier, on programme une 1ère séance de travail, brainstorming. L’équipe de la PBR et Teryl s’attellent à la lecture de plusieurs contes et choisissent les histoires et le titre (Les Echoppes de Corniflettes).


En ce qui concerne les œuvres, on choisit :
- un conte paysan : le pot d’argent
- un conte facétieux : Estula
- un conte fantastique : les trois flacons
- un conte animalier, tiré du roman de Renart : Renart et la mésange.

Les ateliers sont ouverts aux enfants de plus de 8 ans et sur inscription. On peut venir pour voir le premier atelier mais à partir du 2ème, le cycle commencé doit être terminé.

Exemple atelier 1 : découverte de la technique de la linogravure. Elle demande précision, attention et une certaine dextérité. O ne déplorera aucune blessure mortelle et pas plus de 5 sparadraps seront nécessaires sur l’ensemble des ateliers. Le premier essai se fait sur un morceau de 10X10 que les enfants pourront garder.

Découverte de la 1ère histoire : le pot d’argent.

Durant cette première séance, l’artiste explique aux participants le principe de la performance artistique. Les enfants seront les acteurs et les récitants des contes. Il n’y a pas de texte à apprendre, il faut écouter le conte, se l’approprier et le répéter avec ses mots.

Pour solidifier la trame du « spectacle » certains moments clefs seront décidés à l’avance pour déterminer la mise en action des autres acteurs. Le type de mise en scène choisi est basé sur le mime et le jeu d’ombre : à l’aide d’un projecteur poursuite, on braque le regard des spectateurs sur une échoppe où se trouve celui qui raconte l’action.

Il tente de vendre à la criée un objet sans valeur qui est un des objets clefs de l’histoire. A un mot précis, le projecteur se déplace vers les protagonistes qui se figent dans une position – puis retour au récitant. De ce va et vient lumière et ombre, on déroule l’histoire. Principes du mime, du roman- photo et du théâtre d’ombres mêlés.

Les autres ateliers se dérouleront selon le même principe : fabrication des linogravures, contes, répétitions. Peu à peu, les décors prennent forme en format 10x10 cm. Pour obtenir des décors « taille théâtre », il faudra quantité d’agrandissement photocopiés, découpés et collés.

En savoir plus

Télécharger l'intégralité du dossier Moyen âge : exemple d'un cycle d'animation.