Le bâtiment

La sculpture festive
de l’Atelier de Montrouge

Un projet ambitieux et innovant pour les enfants

Anne Schlumberger fait appel à la jeune équipe d’architectes de l’Atelier de Montrouge pour concrétiser son ambition. Ces quatre architectes Pierre Riboulet, Gérard Thurnauer, Jean-Louis Véret et Jean Renaudie pensent leurs projets de manière collective depuis 1958 et défendent l’idée d’une architecture à échelle humaine, qui assume sa fonction sociale.

A l’écoute de la mécène et de l’équipe des bibliothécaires, ils se lancent dans la conception de cette bibliothèque de manière innovante et ludique. Ils veulent faire de ce bâtiment l’incarnation d’un changement dans les bibliothèques : un lieu à hauteur d’enfants où l’accueil et les activités comptent autant que les collections. 

Une bibliothèque tout en rondeurs

Dans un premier temps, Anne Schlumberger envisage d’implanter la bibliothèque dans la ville de Viry-Châtillon mais les discussions n’aboutissent pas. La parcelle libre mis à disposition par la ville de Clamart avec ses 1000 m2 est plus grande et nécessite une adaptation du projet. Dans ce but, Gérard Thurnauer utilise des pastilles pour figurer les différents espaces et leurs rapports de proportions. Il a alors l’intuition que le cercle peut devenir la matrice de la composition : 

« Par quelques dessins en élévation et en coupe, on voyait déjà que cet agglomérat de cylindres, de diamètres et de hauteurs variables, donnait un ensemble extrêmement cohérent par son unité géométrique, et sa force dynamique.

La simplicité comme l’évidence de cette découverte, dans ce qui n’était qu’un processus de recherche, provoqua chez moi joie et étonnement, que je voulus tout de suite partager avec les membres de l’Atelier. Ce qui fait que l’équipe s’adonna pour quelques instants à une bonne séance d’euphorie collective : nous sentions que le projet avait trouvé ses fondements, lui permettant d’atteindre, après un processus de mise au point, les objectifs que nous avions voulu lui fixer : faire de ce petit bâtiment une sculpture festive. »  THURNAUER, G., « Nous étions au printemps 1962 », G. THURNAUER, G.PATTE & C. BLAIN (dir.), Espace à lire. La bibliothèque des enfants à Clamart, Gallimard, 2006, p.74

Dialoguant avec les bâtiments de la cité-jardin de l’architecte-urbaniste Robert Auzelle, des immeubles en brique rouge peu élevés, dans laquelle elle est implantée, la bibliothèque qu’ils imaginent est sans angle droit et sa silhouette en béton brut attise la curiosité. Avec ses huit cylindres imbriqués par des jeux de seuils subtils, la bibliothèque des enfants de Clamart inaugurée en octobre 1965 est vécue comme un événement dans le monde du livre et celui de l’architecture. Un cylindre supplémentaire est réalisé par Gérard Thurnauer dès 1973 pour offrir des espaces de bureaux supplémentaires aux équipes. 

« Gérard Thurnauer qui, au sein de notre atelier, conduisait ce projet, a eu la magnifique intuition de proposer une construction formée d’un assemblage de cylindres de différents diamètres emboîtés les uns dans les autres et créant à chaque fois, que ce soit pour les pièces fermées ou les lieux ouverts ou encore les jardins protégés par des murs, courbes eux aussi, des espaces intimes et protecteurs, enveloppants, dans lesquels les enfants ont immédiatement trouvé leur place. Si la métaphore de la courbe, évoquant la protection maternelle par excellence, le giron, les bras qui doucement se referment, montrant qu’aucun danger extérieur n’est plus à craindre, peut sembler un peu littérale, voire convenue, il se trouve que l’espace qu’elle engendre fonctionne toujours très bien pour les enfants, aussi bien peut-être que pour les adultes qui ne sont pas non plus à l’abri de quelque frayeur existentielle. » RIBOULET, P., « L’espace pour les enfants dans les bibliothèques publiques », Bulletin des bibliothèques de France, n° 3, 1999, p.71.

Sa singularité est contrebalancée par une conception qui refuse tout caractère intimidant. Bâtiment à un seul niveau, il fait figure de lieu refuge plutôt que de temple moderne de la culture. Non visible depuis la rue et uniquement accessible à pieds, dont l’entrée est cachée entre deux cylindres, cette bibliothèque se veut être, pour les enfants de 4 à 14 ans auxquels elle est destinée, un anti-monument. 

La troisième pièce de la maison

Ses courbes rappellent la douceur du foyer et une certaine idée du confort domestique, avec sa cuisine, sa cheminée et son mur de clôture dans lequel se love un jardin. Et comme à la maison, on se déchausse et on se lave les mains en entrant. Tout y est prévu par les architectes pour que les enfants se l’approprient, de la manière la plus autonome possible, sans l’intermédiaire d’un adulte : tout est à sa hauteur. 

Dans les différentes salles, il n’y a ni fioriture, ni élément infantilisant, mais un choix attentif des couleurs, des matières et du mobilier. Les murs sont blancs, les sols sont recouverts de liège blond et les boiseries ont la chaleur du pin d’Oregon. Il se dégage de l’ensemble simplicité, lumière et fonctionnalité, accentuée par le choix du mobilier réalisé pour l’essentiel par Alvar Aalto. Tables et chaises forment un ensemble solide et esthétique qui n’oublie pas d’être ludique avec les assises aux couleurs pop.

Chantier de restauration

Le bâtiment historique de la bibliothèque est actuellement fermé au public. Il va prochainement faire l’objet d’un chantier de restauration.

Les diagnostics et préconisations pour les travaux à venir ont été confiés par le maître d’ouvrage, l’Etablissement public territorial Vallée-Sud Grand-Paris, au cabinet A&M Patrimoine, dirigé par l’Architecte du Patrimoine Jean-Paul Mauduit.

Au terme des travaux, La Petite Bibliothèque Ronde réintégrera le bâtiment avec un projet d’établissement actualisé en adéquation avec le lieu et ses nouveaux aménagements.

Pendant cette période de fermeture, il n’est pas possible de visiter le bâtiment, ni de le prendre en photo depuis l’extérieur dans la mesure où il est protégé par une palissade de chantier.

En attendant, l’équipe de la bibliothèque vous donne rendez-vous au 3 rue de Bretagne dans son Antenne temporaire, où elle accueille désormais ses publics et poursuit l’ensemble de ses missions. », avec un renvoi vers les infos qui concernent l’Antenne.